Etude de sol

  • août 13, 2020

L’arrêté du 22 juillet 2020 définit le contenu des études géotechniques à réaliser dans les zones exposées au phénomène de mouvement de terrain différentiel consécutif à la sécheresse et à la réhydratation des sols (CCH : R. 112-6 et R. 112-7)...

Pour mémoire, la Loi ELAN a introduit l’obligation pour le vendeur d'un terrain non bâti constructible situé dans une zone exposée au phénomène de mouvement de terrain, de fournir une étude géotechnique préalable. Cette étude est annexée à la promesse de vente ou, à défaut de promesse, à l'acte authentique de vente.

Le décret du 22 mai 2019 porte sur les modalités de définition des zones exposées au phénomène de retrait-gonflement, ainsi que sur le contenu et la durée de validité des études géotechniques à réaliser.

L’arrêté précise également que l'étude géotechnique de conception peut être réutilisée par le maître d'ouvrage dans la limite des éléments correspondant au projet d'une extension de son habitation existante.

La notice de l’arrêté indique que ces dispositions sont applicables depuis le 1er janvier 2020.

À noter : un arrêté à paraître définira les zones concernées.

Arrêté du 22 juillet 2020

Plus dans cette catégorie : « Congé du locataire

ADIL 36 / Espace Info Énergie

ADIL de l'Indre
Centre Colbert
1 pl Eugène Rolland - Bât. I
36000 CHÂTEAUROUX

Tél. 02 54 27 37 37


Du lundi au vendredi
De 9h à 12h30 et de 14h à 18h